L'avenir des rencontres en ligne : 4 tendances majeures

De vrais questionnaires, des robots pour flirter et des algorithmes qui déterminent les arrière-pensées – l'avenir des rencontres en ligne ne sera pas très romantique, mais efficace. Regardons les grandes tendances qu'il faut attendre.



.jpg



  • Caractéristiques personnelles

À mesure que les algorithmes des machines deviennent plus précis et accessibles, les sociétés de rencontres en ligne seront en mesure de mieux reconnaître qui nous sommes et de déterminer de quel partenaire nous avons besoin pour une relation amoureuse. Le monde des rencontres en ligne est sur le point de changer. L'avenir sera impitoyable, et nous en sommes déjà à mi-chemin.

Les sites de rencontres modernes sont divisés en deux types :



eHarmony, Match et OkCupid – sur ces sites, vous devez rédiger de longs essais sur vous-même et remplir des questionnaires. Les services de rencontres utilisent ces données pour faire correspondre les meilleurs couples parmi tous les abonnés. De tels profils regorgent d'informations, mais ils prennent beaucoup de temps pour remplir les questionnaires et donnent aux gens de nombreuses occasions de se peindre avec de fausses couleurs lorsqu'ils posent des questions telles que : À quelle fréquence faites-vous du sport ? Ou êtes-vous paresseux ?

Tinder, Bumble et Hinge – ces services refusent les questionnaires et les longs essais en faveur de la liaison des comptes dans les réseaux sociaux. Tinder remplit les pages de profil avec des informations sur la musique écoutée dans Spotify, les photos Instagram et les amis et les goûts de Facebook. Au lieu d'apparier les couples selon la compatibilité, ces applications nous fournissent rapidement un flux de partenaires possibles pour des relations amoureuses. D'ailleurs, rencontre vidéo internationale est une bonne option pour trouver le véritable amour plus rapidement.

À travers des publications sur Twitter, des likes sur Facebook et des photos Instagram, nous révélons plus d'informations sur nous-mêmes que nous ne le réalisons. Par exemple, lorsqu'un journaliste du Guardian a demandé à Tinder toutes les informations qu'ils avaient sur elle, elle a reçu un rapport de 800 pages.



  • Et les likes ?

À l'avenir, des applications comme Tinder pourront tirer des conclusions sur votre personnalité et votre style de vie en fonction des actions sur les réseaux sociaux. Et cette information sera encore plus précise que les résultats des questionnaires.

Les scientifiques pensent que nos tweets et filtres Instagram sont capables d'indiquer la dépression, et les likes sur Facebook peuvent montrer à quel point nous sommes intelligents, heureux ou dépendants de la drogue. Cette connexion peut être incompatible avec la logique humaine. Mais comme nous traitons généralement nos actions sur Facebook avec moins de prudence que le profil poli sur un site de rencontre, il est possible que ces données soient encore plus honnêtes que les informations contenues dans les questionnaires.

  • Parias et signes avant-coureurs

Selon les scientifiques, les sites de rencontres peuvent utiliser les informations obtenues sur la base du comportement en ligne des personnes afin de voir les signes avant-coureurs et simplement de ne pas autoriser une personne en particulier à rejoindre le service. Par exemple, à l'avenir, les applications de rencontres pourront identifier les sexistes/racistes/homophobes sur la base de leurs actions dans les réseaux sociaux et les placer sur des listes noires avec interdiction d'inscription. Cela aidera peut-être à résoudre le problème du harcèlement.

Ces données peuvent également être utilisées pour empêcher un utilisateur d'embellir la réalité lors de la création d'un compte sur un site de rencontre. Les mêmes filtres peuvent être utilisés pour expulser les utilisateurs qui aggravent hypothétiquement les relations. Par exemple, eHarmony rejette les candidats qui ont été mariés plus de quatre fois, font preuve d'une attitude préjudiciable envers les personnes handicapées et ceux dont les réponses indiquent une possible dépression.

  • Entremetteurs

Comme les applications apprennent vraiment qui nous sommes, il peut arriver que les balayages, les likes et les messages soient inutiles. Le programmeur canadien Justin Long s'est basé précisément sur un tel raisonnement lors de la création de son assistant-marcheur personnel appelé Bernie.ai. Il a été déçu du temps qu'il a passé à balayer et à écrire des messages sur sites de rencontres .

Justin a décidé de créer un bot capable de faire tout son sale boulot. Son application, Bernie, demande aux utilisateurs de lier leur compte Tinder, puis observe comment ils glissent vers la gauche et la droite et créent des modèles de préférences individuels. Ensuite, Bernie commence à glisser à la place de l'utilisateur. Rencontrant un intérêt mutuel, l'intelligence artificielle entre dans la conversation, la commençant par la question : Aimez-vous l'avocat ?

En fin de compte, Tinder a forcé Justin à arrêter ses activités, mais le programmeur croit toujours que les marieurs personnels comme son Bernie sont l'avenir de l'industrie des rencontres en ligne.

Recommandé